La sophrologie

Accompagnement en thérapie brève psychocorporelle proposé à l'Institut par Magali Moréno

 

 

 

Que trouve-t-on à l’origine de la sophrologie ?

 

Pour mieux comprendre la sophrologie, il est intéressant de faire connaissance avec son origine dans les années 60.

 

Son concepteur, le neurologue et psychiatre Dr Alfonso Caycedo, a mis plusieurs années pour développer cette méthode. On y retrouve plusieurs influences :

 

-        La phénoménologie : courant de pensée philosophique qui prône l’expérience comme étant à la base de la conscience et de la représentation de la réalité,

 

-        L’influence de techniques et courants thérapeutiques occidentaux connus et enseignés en médecine et en psychologie : l’hypnose, la psychanalyse, la relaxation, l’autosuggestion (méthode Coué), les thérapies brèves, l’approche humaniste, la psychologie positive...

 

-        L’influence de pratiques orientales que le Dr Caycedo a pu expérimenter au cours de plusieurs voyages en Asie, telles que le yoga, le bouddhisme tibétain, ou encore la médiation zen, qui présentent le corps comme le siège de l’expérience et de la conscience.

 

Qu’est-ce que la sophrologie ? Sur quoi s’appuie son efficacité thérapeutique ?

 

La sophrologie s’énonce comme l’étude (logos) de la conscience (phren) en harmonie (sôs) ou encore la science de l’esprit harmonieux.

 

La sophrologie fait partie des techniques dites « psychocorporelles » : une mise en action du corps et des pensées amène l’émergence de phénomènes : ressentis physiques, mentaux et émotionnels. Cette expérience favorise les prises de conscience.

 

Durant les séances, les ressentis sont expérimentés au travers de différentes pratiques, guidées verbalement par le thérapeute, et s’appuyant sur la détente, la respiration, l’ancrage, l’activation d’images mentales positives.

 

Au travers de ces exercices, la personne se réapproprie progressivement son schéma corporel, s’observe plus finement, apprend à reconnaître et à décrire ses émotions ainsi que son fonctionnement mental. Elle prend conscience de ce qui est naturellement bon pour elle et des moyens dont elle dispose en elle pour aller mieux. Cela lui permet de libérer progressivement ses freins, comportements et croyances, pour revenir à un bien-être fondamental et à une expérience harmonieuse de sa relation avec elle-même et avec le monde.

 

L’organisation des exercices en degrés est le reflet de cette progression :

 

·        1er degré : Il s’agit du degré inspiré par le yoga. C’est le degré du corps et le degré du présent. La personne revient à ses ressentis. Elle se concentre sur son état interne, ici et maintenant. Elle ouvre sa conscience à son corps, développe sa présence à l’expérience physique.

 

·        2ème degré : ce degré renvoie à la contemplation. On parle du degré de l’esprit « illimité » où les capacités mentales sont explorées (concentration, mémorisation, imagination, canalisation des pensées…). C’est également le degré du futur dans lequel un avenir positif est projeté.

 

·        3ème degré : dans ce degré, les exercices rappellent la méditation. C’est le degré de la réunion du corps et de l’esprit. C’est également le degré qui encourage à se libérer du poids du passé pour y découvrir un ensemble de ressources disponibles.

 

·        4ème degré : degré de totalisation de l’être. Il n’y a plus de référence au temps comme dans les degrés précédents. C’est le degré de la découverte et de la consolidation des valeurs, du sens donné à l’existence.

 

Quelles sont les indications thérapeutiques ?

 

·        Troubles de l’humeur (dépression), émotionnels, liés à l’anxiété et au stress, troubles relationnels (anxiété sociale, estime de soi…), troubles professionnels (souffrance au travail, burn-out...)

 

·        Accompagnement d’une pathologie ou d’un traitement médical (en complément d’un suivi médical réalisé par un médecin. La sophrologie ne se substitue pas à un traitement) : acceptation de la maladie, gestion de la douleur, motivation des comportements de santé

 

·        Préparation mentale (examen, compétition, entretien ou oral…)

 

·        Troubles phobiques/addictifs

 

La sophrologie s’adresse à tous, sauf aux personnes malentendantes ou porteuses d’une pathologie psychiatrique. En cas de mobilité réduite, l’intervention à domicile peut être envisagée.

 

A l’IPC, la sophrologie est proposée aux adultes et adolescents en consultation thérapeutique individuelle ainsi qu’en séance de groupe.

 

Comment se déroule un accompagnement en thérapie sophrologique ?

 

Les accompagnements sont personnalisés pour répondre à un objectif thérapeutique individuel défini dans un contexte particulier.

 

Ils se présentent de la manière suivante :

 

Phases

Durée

Objectifs et moyens

Bilan initial

Une séance, 1h30

        Un bilan de la situation est réalisé. La personne est amené à évaluer ses propres difficultés, l'impact sur son quotidien et hiérarchise ses besoins.

        L'objectif thérapeutique peut alors être défini. Cet objectif s’accompagne d’indicateurs de réussite qui permettront, en fin d’accompagnement , d'évaluer le résultat atteint.

        Un contrat thérapeutique est également fixé rappelant les devoirs en engagements de chacun, patient et thérapeute.

Conception du protocole

Avant le démarrage du travail thérapeutique

        S'appuyant sur le bilan initial, un programme personnalisé est préparé par le thérapeute. Il sera le fil conducteur de l'accompagnement.

        Plusieurs étapes seront définies dans une logique de progression: d’abord apprivoiser les facteurs envahissant du quotidien puis stabiliser un état amélioré.

Progression thérapeutique

Plusieurs séances,

55 minutes

        Ces étapes seront travaillées durant chaque séance.

        Le travail sera prolongé par le patient, en autonomie, par la pratique d'un entrainement personnel entre les séances.

Validation

Une séance,

55 minutes

        La thérapie se termine par une séance de clôture qui permet de prendre conscience de l'atteinte de l'objectif thérapeutique.

 

 

 

Le programme qui est conçu a priori par le thérapeute n’est jamais définif ! Tout au long de l’accompagnement, la situation du patient ainsi que sa problématique peuvent évoluer : un rythme de progression plus ou moins rapide, des prises de conscience qui donnent un nouvel éclairage, des évènements de vie qui surviennent, etc…

 

L’objectif thérapeutique est alors ré-interrogé et des adaptations du programme peuvent être apportées dans le but de l’ajuster à la progression. C’est pour cette raison qu’il est difficile de définir dès le départ la durée d’un accompagnement.

 

Toutefois, la thérapie sophrologique s’inscrit dans les thérapies dites « brèves ». Il est possible de dire qu’il faut, en moyenne, entre 8 et 12 séances pour atteindre un objectif thérapeutique, s’il n’est pas modifié en cours d’accompagnement.

 

Comment se déroule une séance de sophrologie ?

 

Quels sont les outils utilisés ?

 

·        Techniques d’entretien basée sur l’écoute rogerienne.

 

·        Grille d’analyse et, selon le contexte, échelles d’évaluation et de mesure (stress, anxiété, échelle de qualité de vie au travail, etc).

 

·        Exercices psycho-corporels issus des 4 1er degrés de la sophrologie :

 

o   exercices dynamiques mettant en œuvre la respiration synchronisée et la détente musculaire.

 

o   exercices de relaxation et d’activation d’images mentales positives (souvenirs, images, projections futures…).

 

·        Enregistrements audio des séances.

 

·        Entraînement en autonomie durant l’interséance.

Article rédigé par Magali MORENO – Psychologue et sophrologue.

 

Bienvenue aux  clients & patients de l'IPC

Vous fréquentez l'Institut,

cette page  vous est dédiée.

L'Institut

Nos prestations

Nos enregistrements

Notre documentation


Photos : CC Wilfrid Bentabou, Remerciements à Pixabay, pexel.com, Fotolia, Unplash.