Le stress post-traumatique

Face à une situation menaçante ou catastrophique (braquage, catastrophe naturelle, accident grave, agression, etc.),

on observe trois réactions primaires liées au stress :

 

 

1. L’attaque : attitude visant à combattre la situation.

 

2. La fuite : attitude visant à sortir de la situation.

 

3. La prostration : attitude visant à rester dans la situation sans bouger pour passer inaperçu.

 


Ces réactions apparaissent aussi bien quand on est victime de la situation que quand nous sommes témoin.

 

Ces attitudes peuvent être cohérentes lorsqu'elles visent à se sauver et/ou sauver l’autre.

 

Elles deviennent débordantes lorsque, sous l’emprise de la terreur, elles ne prennent plus en compte le degré du danger réel et font perdre la lucidité. Les réactions deviennent alors inappropriées : on persiste à sauver les autres sans savoir comment. On fuit sans réfléchir au chemin à prendre (on tourne en rond). On reste dans la situation dangereuse sans réaction.

 

Suite à l'événement, des symptômes liés au stress peuvent apparaître immédiatement ou après une période plus ou moins longue, allant de quelques heures à plusieurs années. On retrouve les troubles du stress auxquels s’ajoutent d’autres symptômes spécifiques : peur irrationnelle débouchant fréquemment sur des phobies, images obsédantes liées à la situation vécue (flashs), cauchemars récurrents.

 

Dans un cas de traumatisme sur le lieu de travail, une déclaration d’accident doit absolument être effectuée même en l’absence d’un arrêt de travail.

Enfin, des entretiens médicaux et de soutien psychologique sont nécessaires à la prévention d’apparition de symptômes sévères (syndrome de stress post traumatique).

Bienvenue ! Ressources

en accès libre

L'Equipe

et les Bureaux

Les consultations

Méditations en audio

Ethique et déontologie


Photos : CC Wilfrid Bentabou, Pixabay.