Comment la méditation soutient notre santé sur le plan psychologique ?

Publié le 23 janvier 2019.

Ce texte est un résumé d'une intervention de Delphine de Préville à l'IPC en été 2017.

 

  

 

La motivation à méditer émerge le plus souvent de la souffrance et du stress.

 

La souffrance qui va s’exprimer par des émotions, un mal-être, des douleurs physiques, bref une mauvaise santé.

 

 

Psychologiquement, les symptômes de la souffrance sont variés :

 

  • une tendance à l’anticipation anxieuse, à la rumination, à l’agitation mentale, des idées noires
  • à des états dissociatifs (sentiment d’être coupé de son corps)
  • ou de déréalisations (sentiment de ne pas être dans la réalité, que l’environnement est comme irréel)
  • un surmenage lié à des émotions et des pensées abondantes et débordantes
  • et autres phénomènes parfois plus graves : hallucinations, troubles de l’humeur, angoisses archaïques.

 

Méditer : apprendre à revenir ici et maintenant dans les sensations actuelles et se détendre, s’abandonner

  

Il existe deux étapes ans l'apprentissage et l'intégration de la méditation dans sa vie quotidienne. Tout d'abord l'entraînement vise à développer notre attention puis à apprendre à rester ouvert.

 

1.   

 

1. Développement de l’attention :

 

 

A.    Revenir dans la sensation par le biais des 5 sens :

 

 

-        Revenir dans son corps par le biais des sensations.

 

-        Accueillir les sensations comme elles sont.

 

-        Se détendre dans la sensation.

 

 

Les effets :

 

-        Se réincorporer : traitement de l’état dissociatif et de déréalisation.

 

-        Revenir dans un équilibre où les pensées ne sont plus alimentées : traitement / pensées

 

-        Permettre une meilleure vigilance : prévention des risques et auto-adaptation.

 

-        Favoriser le système immunitaire en n’alimentant plus le petit vélo dans la tête (moins de fatigue, meilleur sommeil, meilleur digestion, meilleur régulation de l’humeur) – c’est physiologique !

 

-        Gagner en sérénité par une attention continue et stable

 

 

 B.    Observer les sensations liées à notre 6ème sens : le sens mental

  

 

-        Développer un discernement relatif entre les effets de l’environnement et les effets de notre propre cognition.

 

-        Meilleur connaissance de notre fonctionnement général, sur le plan relatif.

 

-        Développement et stabilisation de la Pleine Attention, autrement appelé la Pleine conscience.

 

 

 

2.     Développement de l’ouverture :

  

 

A.    S’ouvrir à l’environnement et à l’espace

  

-        Ouverture sensorielle notamment en adoptant le regard panoramique et en se laissant traverser par l'environnement sonore, olfactif, gustatif, tactile.

 

-        Développement de la réceptivité de l’empathie et de l’altruisme.

 

 

 

B.    S’abandonner dans l’ouverture

  

-        Ouverture au bon fond que nous pouvons tous laisser vivre. Nous avons tous un bon fond.

 

-        Développement et stabilisation de la Pleine Présence Ouverte et Empathique

 

 

Le résultat est tout à la fois :

 

- l’expression d’une santé parfaite.

 

- l’expression d’une auto-adaptation a-conceptuelle humaniste.

 

- l’expression spontanée d’un humanisme fondamental.

 

- l’expression d’une communion globale avec ce qui est.

 

- l’expression thérapeutique spontanée d’une présence inconditionnelle et altruiste.

 

 

 

Delphine de Préville

 

Pour aller plus loin :

 

* Les vertus thérapeutiques de la présence inconditionnelle

 

ATELIERS / RETRAITES / CONFERENCES : Prochaines dates.

AUDIOS Divers enregistrements.

SITE INTERNET : de la psychologie contemplative et de l’IPC.

VIDEOS : Série d’interviews.

LIVRES : Le bon coin du lecteur.

Bienvenue ! Ressources

en accès libre

L'Equipe

et les Bureaux

Les consultations

Méditations en audio

Ethique et déontologie


Photos : CC Wilfrid Bentabou, Pixabay.